Last Updated:

Et si 80% du parc automobile nord-américain était constitué de voitures électriques?

Catégories Articles, Articles Scolaires
Le gaz naturel et le charbon ont compté à eux deux pour 61,8% de la production électrique des États-Unis en 2017. (©Connaissance des Énergies, d’après AIE)

Le 16 Juin 1903, Henry Ford1, créait la première compagnie automobile qui porte encore aujourd’hui son nom et révolutionnait le domaine de la locomotion. Aujourd’hui, plus d’un milliard de véhicules sont en circulation.

Et ce seulement 115 ans après…

La réalité est que la Terre agonise.  Et le futur semble se tourner vers les voitures électriques.

Alors, voici une petite question :

Qu’est-ce qui arriverait à l’environnement si le parc automobile nord-américain était composé à 80% de voitures électriques, du calibre des très renommées Tesla ? 

Cela changerait-il quelque chose ?

Lisez la suite, pour le découvrir…

La pollution à l’usine : qui gagne (ou perd) à la cuisine

Les spéculations seront basées sur le présent et non le futur. De plus, bien que les voitures électriques (VE) se retrouvent toutes sur un spectre de plus ou moins hybrides à purement électriques, pour faciliter l’écriture, nous traiterons des voitures purement électriques.

Cela dit, nous pouvons commencer.

Selon David Garreau, chef de projet de la ZOE de Renault, une voiture est nommée “vie2”. La fabrication d’une ZOE est tout à fait similaire à celle d’une voiture thermique.”

Tout commence par la phase de conception : l’apparence et la composition de la voiture est optimisée. Une voiture électrique (VE) est généralement aérodynamisée pour réduire les pertes d’énergie dues à la résistance de l’air. Le type de batterie utilisée sera déterminé en fonction du budget et de l’objectif poursuivi. Évidemment, c’est aussi à ce moment que les besoins du public cible seront considérés, etc.

Ensuite, la phase de prototypage : suite à la conception, un prototype est construit, testé et corrigé jusqu’aboutir à une voiture commercialisable.

Finalement, on a la phase d’industrialisation : la simplification du processus de fabrication de la voiture mène à une production massive et commerciale. Pour savoir plus cliquer sur : “http://www.madehow.com/Volume-5/Electric-Automobile.html”.

Que se passe-t-il lors de la fabrication des VE ? (Pour plus de détails et voir la version originale, voir Annexe 1)

Eh bien ! Plus de la moitié de l’émission de GES est causée par la fabrication de la batterie électrique.

Des recherches montrent que la fabrication d’une voiture électrique de format standard est 13% plus polluante que celle d’une voiture à essence standard similaire. Le fossé atteint de plus de 60% pour un véhicule grand format. La différence étant due à la batterie. Découvrons pourquoi.

Pour construire une batterie dite Li-Ion, il est nécessaire d’extraire du lithium et du cobalt. Or, leurs extractions ont des inconvénients, aussi bien pour l’environnement que pour les humains[1].

Le lithium est le 33e élément le plus abondant sur Terre[2]. Il est moins répandu que les autres alcalinoterreux tels le Sodium, le Potassium ou le Magnésium[3]. On ne le retrouve pas sous forme de métal dans l’environnement à cause de sa grande réactivité avec l’eau et l’ai[4]r. Pour l’extraire, il faut dissocier le chlorure du Lithium.

On procède à l’extraction comme suit[5] :

  • On pompe les saumures de sel de Lithium
  • On les évapore pour augmenter la concentration en Chlorure de Lithium (LiCl)
  • On les purifie et traite chimiquement pour obtenir du carbonate de lithium (Li2CO3) pur à 99%
  • Finalement, on calcine ce carbonate pour obtenir de l’oxyde lithium (Li2O)

L’utilisation de grands espaces pour le traitement de la saumure entraîne l’empiètement sur des territoires naturels. De plus, la pompe de la saumure nécessite énormément de carburant et la calcination du carbonate de lithium libère une quantité considérable de CO2. Ce procédé introduit des produits chimiques dans les systèmes hydrauliques des régions d’extraction, privant les humains de revenus et de nourritures[6]. Malheureusement, 95% du lithium utilisé est ainsi extrait.

L’extraction minière du cobalt se fait en le dissociant des sulfures tels la carrolite (CO2S3) et le sulfure de cobalt. L’impact écologique et humain est énorme. 60% du cobalt extrait dans le monde est issu de la République Démocratique du Congo dont 20% est opéré à la main par des « creuseurs »[7] : des adultes et des enfants, travaillant dans des conditions dangereuses et misérables (1$ par JOUR), selon Mark Dummett de Amnistie International. La forte demande de ces ressources empire cette exploitation inhumaine des plus vulnérables au profit des plus nantis.

La pollution sur le champ de bataille : qui gagne en termes de pollution routière ? (Voir Annexe 2)

Qu’est-ce qui pollue le moins entre un VE et un véhicule classique ? La réponse n’est pas simple. Tout dépend de là où on se trouve dans le monde.

Pour traiter la question, considérons le parc automobile nord-américain : Canada, États-Unis et Mexique.

Même si l’électricité est propre et n’émet pas de COou autres gaz à effet de serre (GES), sa véritable propreté dépendra de sa production. En fait, il n’est pas rare que l’électricité soit produite grâce au charbon ou à l’énergie nucléaire.

Au Canada (voir carte), la majorité de l’électricité est produite par l’usage d’énergie renouvelable. L’existence d’abondantes cours d’eau favorise l’hydro-électricité, surtout au Québec. On y trouve aussi une quantité non négligeable d’électricité produite par voie éolienne. Au Québec, on peut prédire que conduire avec un VE serait effectivement, à long terme, beaucoup moins polluant qu’avec une voiture classique.

Cependant, en Alberta où la majorité de l’électricité est produite grâce au charbon et au gaz naturel, deux sources importantes de gaz à effet de serre, l’utilisation d’un VE serait beaucoup moins propre qu’au Québec.

Hélas, même ça ne semble pas suffisant, vu que même après 300 000km parcourus, la voiture électrique soit incapable de compenser son empreinte écologique comparativement à une voiture traditionnelle au Québec[8].

C:\Users\angem\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.MSO\CE28BBF3.tmp

Dans le cas des États-Unis et du Mexique, les suppositions seront mélangées, car ces deux pays partagent une production d’électricité assez similaire[9]. Selon ce graphique datant de 2017,  Le gaz naturel et le charbon ont compté à eux deux pour 61,8% de la production électrique des États-Unis en 2017. (©Connaissance des Énergies, d’après AIE)

(Titre : Le gaz naturel et le charbon ont compté à eux deux pour 61,8% de la production électrique des États-Unis en 2017. (©Connaissance des Énergies, d’après AIE))

60% de l’électricité est produite grâce à de l’énergie fossile et 20% d’énergie nucléaire. Et du 20% restant 16,9% d’électricité est produite à l’aide d’énergie entièrement d’énergie renouvelable. Aux États-Unis, les VE semblent peu écologiquement propres et responsables, car leurs sources d’énergies sont très dommageables écologiquement (hormis les renouvelables).

La question n’a, cependant, toujours pas été répondu.

Qu’est-ce qui se passerait si le parc automobile nord-américain était composé à 80% de VE ?”.

La Réponse (Pour voir l’original et avoir plus de détails : Annexe 3)

En se basant sur les faits, si 80% du parc automobile nord-américain était composé de VE, l’environnement se sentirait probablement plus mal qu’il ne se sent aujourd’hui.

Tout d’abord, définissons 80% de ce parc : selon des statistiques[10], un total d’environ 335 666 696 voitures circuleraient au Canada, aux États-Unis et au Mexique. 80% de ce chiffre donnerait 268 533 356.8 VE dans ces 3 pays.

Les impacts écologique et humain seraient catastrophiques pour l’extraction du lithium et du cobalt. Actuellement, le nombre de VE avoisine 80 000, soit 0,03% du 268 533 356.8.

Et avec SEULEMENT 80 000 VE en circulation :

  • Des écosystèmes et des paysages détruits ;
  • Des points d’eaux chimiquement pollués ;
  • Des communautés ne pouvant subvenir à leur besoin ;
  • Du CO2 produit en quantité énorme ;
  • Des adultes travaillants et risquant leur vie pour des salaires de misère ;
  • Des enfants risquant leur vie ;

Hélas, toutes les alternatives aux piles Li-On en l’état sont aussi polluantes ou non viables à long terme que leur frère[11].

Si les moyens de production d’électricité restent identiques, on devra brûler encore plus de carburant fossile entraînant l’émission de plus de GES et probablement l’épuisement des réserves. Même le Canada, le troisième producteur mondial d’hydroélectricité[12], aurait du mal à suivre la cadence.

En conclusion 

Pour l’instant, les VE sont loin d’être une alternative bénéfique et durable et elles ne sont pas immaculées comme on aime le croire. En effet, bien que l’électricité soit une énergie propre, sa production ne l’est pas toujours. Ainsi, avec tous les dégâts naturels et sur les populations ajoutées aux émissions importantes de GES que dans le cas des voitures traditionnelles on a moins, l’alternative de VE n’est vraiment pas gagnante. Heureusement, la recherche pour faire évoluer le VE est loin d’être terminée et de nouvelles techniques sont découvertes régulièrement pour la faire progresser.

Annexe 1 :

Qu’est-ce qu’il y a avec la fabrication des VE ?  Eh bien, dans la fabrication d’une voiture électrique, plus de la moitié de l’émission de GES produits est causée lors de la fabrication de la batterie électrique et des recherches montrent que la fabrication d’une voiture électrique de format standard est 13% plus polluante que celle d’une voiture à essence standard du même acabit et que pour un véhicule grand format le fossé s’élargit avec cette fois un écart de plus de 60%. Étant donné que la différence est due à la batterie, découvrons pourquoi.

Il faut noter que pour construire une batterie dite Li-Ion, la norme en ce moment, il est nécessaire d’extraire du lithium et du cobalt, or leurs extractions nécessitent un processus extrêmement nocif à la fois pour l’environnement et pour les personnes qui doivent l’extraire.

Pour le lithium par exemple, étant seulement le 33e élément (pas exactement rare, mais pas répandu non plus) le plus abondant sur Terre et beaucoup moins répandu que ces frères alcalinoterreux comme le Sodium, le Potassium ou le Magnésium ; son exploitation rentable est faisable que dans certaines régions très précises sur le globe. Étant donné qu’on ne le retrouve pas sous forme de métal dans l’environnement (à cause de sa grande réactivité avec l’eau et l’air) on l’extrait sous forme de chlorure de Lithium (sels), pour isoler par la suite, le métal.

On procède à l’extraction comme suit :

  • On pompe les saumures de sel de Lithium
  • On évapore lesdites saumures pour augmenter la concentration en Chlorure de Lithium (LiCl)
  • On purifie et traite chimiquement la saumure pour obtenir du carbonate de lithium (Li2CO3) pur à 99%
  • Finalement on calcine ce carbonate pour obtenir de l’oxyde lithium (Li2O)

Dans l’optique d’être rentable, les espaces servant à contenir la saumure et permettant l’évaporation de l’eau doivent être les plus grands possibles, pour cela on empiète sur des territoires naturels comme des champs et des boisés et on ravage de magnifiques paysages. De plus, la pompe de la saumure nécessite énormément de carburant et la calcination du carbonate de lithium libère une quantité considérable de CO2, évidement néfaste à l’environnement, assez ironique pour des véhicules “Zéro Émission”.

Il ne faudrait pas oublier les habitant de ces régions d’Amérique Latine d’où viennent 70-80% de la ressource (principalement de Bolivie, Chili et l’Argentine) qui pâtissent de la pompe des saumures, car vivant souvent dans des régions arides et dépendant économiquement et biologiquement des saumures pompées ; entres autres, pour leurs activités agropastorales. Pas satisfait de privé des humains de revenus et de nourritures, ce procédé introduit aussi des produits chimiques dans les systèmes hydrauliques de la région.

On pourrait se rassurer en ce disant, que ce n’est pas tout le lithium qui est extrait ainsi, mais malheureusement 95% du lithium utilisé l’est.

Dans le cas du cobalt, on l’obtient par extraction minière en le dissociant de sulfures tels la carrolite (CO2S3) un sulfure de cobalt. L’impact écologique et humain dans ce cas est pire. Imaginez-vous, 60% du cobalt extrait dans le monde est issu de la République Démocratique du Congo et 20% de ce cobalt est extrait à la main par des adultes et des enfants de souvent moins de 7 ans, travaillant dans des mines, dans des conditions de travail répugnantes et dangereuses et pour des salaires de misère n’atteignant même pas le 1$ par JOUR selon Mark Dummett de Amnistie International. Ce qui est triste, c’est qu’avec l’augmentation de la demande pour ces ressources (entre autres à cause des VE) cette exploitation vicieuse de vies humaines est vouée à empirer afin de grossir les marges de profit des hauts-placés ; un exemple écrasant de la survie et, dans ce cas, prospérité des plus forts.

Annexe 2 :

Une personne lambda, si abordé avec la question qu’est-ce qui pollue le moins entre une voiture électrique et un véhicule classique aurait tendance à répondre la première option avec assurance, mais comme vous pouvez vous en doutez, c’est loin d’être aussi simple.

C’est triste à dire, mais pour l’instant tout dépend d’où on se trouve dans le monde.

Donc on va plus spécifiquement traiter de comment un VE se débrouille face à une voiture classique, dans le parc automobile nord-américain (Canada, États-Unis, Mexique) ?

Avant tout, certains sont peut-être choqués par l’affirmation selon laquelle la propreté d’un VE dépend de la localisation géographique de la personne ? La raison est simple, en fait, même si l’électricité en elle-même est propre et n’émet pas de COou autres gaz à effet de serre, la véritable propreté de cette électricité dépendra de comment elle est produite, par exemple, il n’est pas rare que l’électricité soit produite grâce au charbon ou encore à l’énergie nucléaire tous deux nocifs à l’environnement.

C:\Users\angem\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.MSO\74C29108.tmp Au Canada, comme le démontre cette carte la majorité de l’électricité produite est produite par l’usage d’énergie renouvelable. Le Canada étant béni de contenir une abondante ressource de cours d’eaux, il n’est pas bizarre de voir que la majorité de l’électricité produite est produite hydrauliquement, surtout au Québec. On peut aussi voir qu’une quantité non négligeable d’électricité est produites grâce au vent. Voyant cela, on peut par exemple constater, que conduire au Québec serait effectivement à long terme, beaucoup moins polluant que pour une voiture à essence de même catégorie (en tenant compte de la pollution faite lors de la fabrication). D’un autre coté, en Alberta, une région ou la majorité de l’électricité est produite grâce au charbon et au gaz naturel, deux sources importantes de gaz à effet de serre, l’utilisation d’un VE serait beaucoup moins propre que dans la province Québécoise. Hélas, même ça ne semble pas suffisant, vu que même après 300 000km parcourus, la voiture électrique soit incapable de compenser son empreinte écologique comparativement à une voiture traditionnelle[13] .

Pour les États-Unis et le Mexique, les suppositions seront mélangées, car ces deux pays partagent une production d’électricité assez similaire. Selon ce graphique datant de 2017[14]Le gaz naturel et le charbon ont compté à eux deux pour 61,8% de la production électrique des États-Unis en 2017. (©Connaissance des Énergies, d’après AIE)

(Titre : Le gaz naturel et le charbon ont compté à eux deux pour 61,8% de la production électrique des États-Unis en 2017. (©Connaissance des Énergies, d’après AIE))

60% de l’électricité est produite grâce à de l’énergie fossile et 20% grâce de l’énergie nucléaire. Et du 20% restant 16,9% d’électricité est produite à l’aide d’énergie entièrement d’énergie renouvelable En s’appuyant sur tout ce qui a déjà été dit à propos de la source de l’électricité, aux États-Unis, surtout dans les états carburants au charbon, les VE sont loin d’être écologiquement propre et responsable.

Même si l’on peut constater une énorme amélioration, par rapport à ce graphique Résultats de recherche d'images pour « production électricité états-unis »

qui représente le même sujet, mais 4 ans dans le passé.

Cependant, le fait est qu’on pourrait quand même supposer que dans l’état actuel des choses, les véhicules classiques seraient plus écologiques.

Pour faire simple, que les GES soient émis durant la conduite ou durant la fabrication cela revient au même, donc un facteur déterminant devient la quantité de GES produit pour produire l’électricité.

Les plus attentifs auront remarqué, que dans le fond, je n’ai toujours pas abordé le sujet initial : “Qu’est-ce qui se passerait si le parc automobile nord-américain devenait composé à 80% de VE” et je suis content d’annoncé que les préalables terminés, nous allons enfin théoriser sur le futur.

Annexe 3:

En me basant sur les faits, je soutiens que si 80% du parc automobile nord-américain devenait composé de VE, l’environnement se sentirait probablement plus mal qu’il se sent aujourd’hui.

Tout d’abord, définissons 80% de ce parc : selon des statistiques récoltés sur des sites gouvernementaux ou de statistiques, on arrive à un total d’environ 335 666 696 voitures en circulation au Canda, au États-Unis et au Mexique[15] (est-ce un mauvais présage ?). 80% de ce chiffre donnerait le nombre ahurissant de 268 533 356.8 voitures en circulation dans ces 3 pays, qui fonctionnerait avec un moteur purement électrique.

Sachant cela, et sachant l’impact écologique et humain catastrophique que l’extraction du lithium et du cobalt ont, l’on peut supposer que la Terre serait dans un bien pire état. En effet, en ce moment le nombre de voiture électriques (ça inclus hybrides) avoisine les 80 000 soit 0,03% du 268 533 356.8 qui seraient théoriquement en circulation[16].

Et je voudrais vous rappeler ceci, avec seulement 80 000 voitures électriques en circulation :

  • Des écosystèmes et des paysages sont détruits
  • Des points d’eaux sont chimiquement pollués
  • Des communautés ne peuvent subvenir à leur besoin, car n’ont plus l’eau nécessaire à accomplir leurs activités agropastorales
  • Du CO2 est produit, (pour une voiture supposément Zéro Émission)
  • Des adultes travaillent et risque leur vie dans des mines pour des salaires leur permettant à peine de subsister
  • Des enfants de souvent moins de 7 ans risquent leurs vies dans les mêmes conditions et sont encore moins bien payés [17]
  • Des humains et des écosystèmes MEURENT littéralement.

Imaginer ces cycles de destructions et d’exploitations accélérés et empirés pour suivre la faramineuse demande en matières premières.

Ce n’est pas tout, ces ressources ne sont pas illimitées ! Et pour atteindre ce nombre énorme de voiture en circulation, en suivant la tendance, on peut affirmer avec assurance que les gisements de lithium et de cobalt seraient exténués de leurs ressources et que le cycle de production s’effondrait. Évidemment, ça c’est si les piles Li-On continuent d’être manufacturé, cependant soyons honnêtes toutes les alternatives en ce moment, sont aussi polluantes ou peu fiable à long terme.

Mais continuons le délire, la pile est maintenant inutilisable, en supposant que la Terre a réussi à fournir les ressources nécessaires pour construire ces piles, il faut se rappeler que les piles n’ont pas une durée de vie illimités et donc qu’est qu’on ferait de 268 553 356 piles de Lithium d’un poids de 250kg en sachant qu’une voiture électrique pour pouvoir rivaliser en autonomie avec une voiture classique aurait besoin d’une batterie faisant 1 tonne et quart[18]Soit dit en passant, ne jouez pas avec ces batteries, si endommagés elles peuvent créer des incendies et relâcher des gaz extrêmement dommageables pour les voies respiratoires.

Évidemment la première chose à laquelle on pense, c’est le recyclage hélas, bien que le recyclage de la pile soit faisable il couterait 1 euro par kg à faire, or les produits obtenus vaudraient seulement 1 tiers de cela; simplement dit, recycler les piles serait une perte d’argent colossale pour les entreprises dites-vous bien que pour une batterie de seulement 250Kg, pour 250 euro dépensé pour recyclé on retire une valeur de 82,5 euros pour le résultats finals une perte substantielle de presque 170 euros PAR BATTERIES. Heureusement, il y a toujours place à un peu d’optimisme, bien qu’humainement et environnementalement parlant ces batteries soient dégueulasses, lorsqu’elles sont considérées non aptes à alimenter une voiture électrique, ils leur restent encore 70% de leur capacité ; les rendant parfaites une fois, remise à neuves, comme système de stockage d’énergie.

Quant à l’expérience sur route, si les moyens de productions d’électricité restent les mêmes, pour subvenir à une telle demande, des carburants fossiles devront être brûlés en masse, ce qui amènera l’émission d’une quantité énorme de GES et probablement à la disparition desdits carburants fossiles. Franchement, même le Canada, avec son hydroélectricité aurait probablement du mal à suivre la cadence.

Annexe 4 :

Pour comprendre comment fonctionne une voiture électrique : https://www.youtube.com/watch?v=3SAxXUIre28

BIBLIOGRAPHIE

SIBELGA. Are electric vehicles really environmentally friendly. xxxx.

Adresse URL: https://www.energuide.be/en/questions-answers/are-electric-vehicles-really-environmentally-friendly/197/

EFSTATHIOU et MERRILL. How green is your electric car? 2018.

Adresse URL: https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-02-28/how-green-is-your-electric-car

HANLEY, Steve. Electric Car Myth Buster – Well-to-wheel emissions. 2018.

Adresse URL : https://cleantechnica.com/2018/02/19/electric-car-well-to-wheel-emissions-myth/

ÉQUITERRE. LA VOITURE ÉLECTRIQUE EN 5 QUESTIONS. xxxx.

Adresse URL: https://equiterre.org/solution/la-voiture-electrique-en-5-questions

THE GUARDIAN. The rise of electric cars could leave us with a big battery waste problem. 2017 Adresse URL : https://www.theguardian.com/sustainable-business/2017/aug/10/electric-cars-big-battery-waste-problem-lithium-recycling

Wikipedia. Electric car. xxxx Adresse URL: https://en.wikipedia.org/wiki/Electric_car

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1361920917300500

http://www.madehow.com/Volume-5/Electric-Automobile.html

GERBET Thomas et CLOUTIER. La voiture électrique, pas si écologique. 2018

Adresse URL : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1137184/voiture-electrique-pollution-empreinte-environnement-batterie-production-fabrication

 Wikipedia. Voiture Électrique. xxxx

Adresse URL: https://fr.wikipedia.org/wiki/Voiture_%C3%A9lectrique 

MADEHow. Electric Automobile. xxxx

Adresse URL : http://www.madehow.com/Volume-5/Electric-Automobile.html

 Gouvernement du Canada. Profils énergétiques des provinces et territoires – Canada. 2018

Adresse URL : https://www.neb-one.gc.ca/nrg/ntgrtd/mrkt/nrgsstmprfls/cda-fra.html?=undefined&wbdisable=true

Statistiques Canada. Immatriculations de véhicules automobiles, par type de véhicule. 2018 Adresse URL : https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=2310006701

Wikipedia. Lithium. Xxxx Adresse URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lithium

LEFTERIS, Alexander. Le lithium et le cobalt: les producteurs doivent faire face à leurs responsabilités. 2017. Adresse URL : https://www.letemps.ch/economie/lithium-cobalt-producteurs-doivent-faire-face-leurs-responsabilites

BROUSSEAU-POULIOT, Vincent. Un choix écologique pour l’avenir. 2017. Adresse URL : http://plus.lapresse.ca/screens/d96d0895-21c5-49c9-b9b0-f5a78276ab84__7C__K-SpSwWYAmR0.html

AVEQ. Médias. 2018

Adresse URL : http://www.aveq.ca/meacutedias.html

OOREKA. Batterie de voitures électriques. xxxx Adresse URL :

https://entretien-voiture.ooreka.fr/astuce/voir/511041/batterie-de-voiture-electrique

 MILENIO . Número de autos particulares crece en México; suman 29.4 millones. 2018. Adresse URL : http://www.milenio.com/negocios/numero-autos-particulares-crece-mexico-suman-29-4-millones

SUMMER Mark. Someone is lying about electric cars on the internet. 2016. Adresse URL : https://www.dailykos.com/stories/2016/5/6/1524012/-Someone-is-lying-about-electric-cars-on-the-internet

NOTES EN BAS DE PAGE

    1. https://www.energuide.be/en/questions-answers/are-electric-vehicles-really-environmentally-friendly/197/
    1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lithium
    1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lithium
    1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lithium
    1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lithium
    1. https://www.letemps.ch/economie/lithium-cobalt-producteurs-doivent-faire-face-leurs-responsabilites
    1. https://www.lepoint.fr/monde/extraction-du-cobalt-d-apple-a-renault-amnesty-note-les-grandes-firmes-15-11-2017-2172436_24.php
    1. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1137184/voiture-electrique-pollution-empreinte-environnement-batterie-production-fabrication
    1. Selon mon professeur de chimie, M. Stéphane Labrecque
    1. Canada : https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=2310006701

      États-Unis : https://www.statista.com/statistics/859950/vehicles-in-operation-by-quarter-united-states/

      Mexique : http://www.milenio.com/negocios/numero-autos-particulares-crece-mexico-suman-29-4-millones

    1. https://dgit.com/10-alternatives-lithium-ion-batteries-4242/ et

      https://www.wardsauto.com/technology/researchers-pursue-alternatives-li-ion-batteries

    1. https://canadahydro.ca/fr/le-potentiel-hydroelectrique/
    1. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1137184/voiture-electrique-pollution-empreinte-environnement-batterie-production-fabrication
    1. Selon mon prof de chimie, M.
    1. Canada : https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=2310006701

      États-Unis : https://www.statista.com/statistics/859950/vehicles-in-operation-by-quarter-united-states/

      Mexique : http://www.milenio.com/negocios/numero-autos-particulares-crece-mexico-suman-29-4-millones

    1. http://www.aveq.ca/meacutedias.html
    1. http://plus.lapresse.ca/screens/d96d0895-21c5-49c9-b9b0-f5a78276ab84__7C__K-SpSwWYAmR0.html
  1. https://entretien-voiture.ooreka.fr/astuce/voir/511041/batterie-de-voiture-electrique
Jedidiah Ange-Emmanuel Kouakou
Yo! Je suis le gars derrière ce site et l'auteur de tous les articles écrits (à date) sur ce site.
J'espères que mes articles vous font et continueront de vous faire réfléchir.

1 commentaire sur “Et si 80% du parc automobile nord-américain était constitué de voitures électriques?

  1. Article intéressant!

    Mais il faut penser que l’utilisation de l’énergie est un tout ou un flux d’énergie qui se transforme. On ne peut pas uniquement regarder qu’un aspect du problème mais dans son ensemble soit : du prélèvement des matières premières, à sa transformation, à la création et la conception des objets et des ressources utilisées, à la conception son produit final.
    Et encore là, quelles énergies seront utilisées et les rejets qui seront les moins nuisibles pour notre environnement.

    En Bref, il faut concevoir des moyens de transport qui dans toute sa conception causera le moins de pollutions possibles. Est-ce que l’énergie solaire sera l’un d’entre eux !

    Martin T.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *